Membres

mercredi 13 février 2008

A ma bienaimée

Et puis,
à force de courage,
de ténacité,
de réconfort,
de chaleur partagée,
de larmes mais aussi de rires,
de déception mais aussi d'espoir maintenu,
de patience et d'amour,
le chemin débouchera vers la maison de nos coeurs.
Regardant en arrière,
on s'apercevra que rien n'était inutile,
le temps use ce qui doit tomber,
l'amour polit ce qui a été blessé.
Le calme envahit le coeur quand le vacarme s'est éteint.
Juste faire confiance à la vie qui s'offre.
Les pleurs que l'on retient sont un empêchement
à se laisser aller à notre joie profonde.
Saurais-je t'aimer un jour
comme tu le mérites ?

1 commentaire:

fish-fish a dit…

Superbe, à la hussarde!