Membres

jeudi 1 décembre 2016

Carnet de voyage


https://lettresdumonde33.com/
Nous vous donnons rendez-vous le premier week-end de décembre, les 3 et 4 avec une inauguration le 2 décembre à partir de 18h30, pour la deuxième édition des Rencontres du carnet de voyage, une écriture du monde, salon du genre organisé avec les éditions Elytis au Marché des Douves à Bordeaux. Suivez l’événement sur Facebook ! https://www.facebook.com/rencontresducarnetdevoyage/

dimanche 27 novembre 2016

LIBERTE

IL N'EST POINT DE BONHEUR SANS LIBERTE,

NI DE LIBERTE SANS COURAGE.

Périclés


mercredi 23 novembre 2016

Lutter contre

Quand on lutte contre une chose, quelle qu'elle soit,
c'est la preuve que nous sommes conditionnés.

Krishnamurti


samedi 19 novembre 2016

A propos de l'espace

Il y a plein de domaines que je ne comprend pas, qui me dépassent complètement, et qui pourtant témoignent de la diversité des intérêts humains. Par exemple l'espace...
L'espace est par nature sans limites, non contenu, infini, et donc indéfinissable. C'est une zone en dehors de tout, qui sans doute attire, fait rêver...


Je parle de ça car depuis quelques jours les médias nous informent du départ d'une navette vers la station spatiale internationale, laquelle navette comporte un astronaute français (cocorico!). Elle est partie hier, et les images font fantasmer les uns et les autres qui se prennent à rêver de pouvoir les imiter un jour. Techniquement c'est tout à fait extraordinaire, c'est même vertigineux! 
A quoi cela sert-il vraiment est une autre question. Je laisse aux défenseurs du progrès à tout prix le soin d'y répondre. Le fait que ce soit international semble encourageant, comme le nom de la navette Soyouz, signifiant union, est un autre symbole fort, et après? La conquête spatiale, comme on l'appelle, empêche t-elle la guerre entre les peuples, la faim dans le monde? Quelles sont les priorités pour ces états à l'orgueil infini?
Aller dans l'espace, comme construire le plus haut gratte-ciel, donne bien la mesure de la prétention masculine, une façon d'être au dessus du monde entier, sur un gigantesque piédestal, montrant ainsi son incapacité au vivre ensemble, au partage concret, sur cette terre qui nous a vu naître.

Certains enseignants parlent d'un espace au delà de tout, à découvrir au plus profond de nous même. Nul besoin  de combinaison, navette, fusée et autre station orbitale. C'est atteignable sans bouger, c'est la paix infinie, aussi vaste que le ciel, ce ciel dont parle Jésus dans les évangiles...
Les hommes ont aussi construit des églises, des temples, des mosquées, toujours plus grands, toujours plus hauts, voulant atteindre le ciel à leur manière, ou se montrer.
Oser l'humilité, fréquenter le plus bas, garder les pieds sur terre, comme cet espace semble difficile à l'humain!       

mardi 15 novembre 2016

JOLIE LEGENDE SUR LA FEMME

Une légende raconte qu'au commencement du monde, 
quand Dieu décida de créer la femme,
 
il trouva qu'il avait épuisé tous les matériaux solides dans l'homme
 
et qu'il ne disposait plus de rien.
 
Devant le dilemme et après une profonde méditation, voilà ce qu'il fit :
Il prit la rondeur de la lune,
les suaves courbes des vagues,
la tendre adhérence du liseron,
le tremblant mouvement des feuilles,
la sveltesse du palmier,
la teinte délicate des fleurs,
l'amoureux regard du cerf,
la joie du rayon du soleil et
les gouttes des pleurs des nuages,
l'inconstance du vent et la fidélité du chien,
la timidité de la tourterelle et la vanité du paon,
la suavité de la plume du cygne et
la dureté du diamant,
la douceur de la colombe et la cruauté du tigre,
l'ardeur du feu et la froideur de la neige.
Il mélange ces ingrédients si divers, forme la femme et la donna à l'homme.
Une semaine après l'homme vint et lui dit :
Seigneur, la créature que tu m'as donnée me rend malheureux,
elle requiert toute mon attention,
ne me laisse jamais seul,
bavarde intensément,
pleure sans motif,
s'amuse à me faire souffrir
et je viens te la rendre car JE NE PEUX PLUS VIVRE AVEC ELLE.
Bien, répondit Dieu et il prit la femme.
Une semaine après, l'homme revint et lui dit :
Seigneur, je me sens très seul depuis que je t'ai rendu la créature que tu as faite pour moi,
elle chantait et jouait à mon côté,
elle me regardait avec tendresse et son regard était une caresse,
elle riait et son rire était musique,
elle était belle à voir et douce au toucher.

Rends-la-moi car JE NE PEUX PAS VIVRE SANS ELLE. 

Texte trouvé sur : www.lespasseurs.com

Voyager yeux fermés mais coeur ouvert



Samedi 19 novembre De 10h à 11h30


Deux hommes, un regard
Lilian Vezin et Jean-Pierre Brouillaud
Production Expéditions Vent du large
Lilian Vezin et Jean-Pierre Brouillaud ont ce même point commun qu’ils sont tous les deux de grands voyageurs, mais l’un est passionné par l’image via la photographie et la réalisation de film documentaire, l’autre est atteint de cécité depuis son adolescence. Ce film raconte leur rencontre, plusieurs jours d’errance entre l’Atlas marocain et Essaouira, un monde de sensations auditives et olfactives, entrecoupés de paysages magnifiques, de scènes de complicités et de dialogues au cœur de la nature, afin de faire passer des messages essentiels et démontrer qu’il n’y a pas de handicap, il n’y a que des différences.