Membres

dimanche 31 mars 2013

La prière




LA PRIÈRE
Poème de Francis Jammes

Par le petit garçon qui meurt près de sa mère
Tandis que des enfants s'amusent au parterre;
Et par l'oiseau blessé qui ne sait pas comment
Son aile tout à coup s'ensanglante et descend
Par la soif et la faim et le délire ardent:
Je vous salue, Marie.

Par les gosses battus par l'ivrogne qui rentre,
Par l'âne qui reçoit des coups de pied au ventre
Par l'humiliation de l'innocent châtié,
Par la vierge vendue qu'on a déshabillée,
Par le fils dont la mère a été insultée:
Je vous salue, Marie.

Par la vieille qui, trébuchant sous trop de poids,
S'écrie: "Mon Dieu!" Par le malheureux dont les bras
Ne purent s'appuyer sur une amour humaine
Comme la Croix du Fils sur Simon de Cyrène;
Par le cheval tombé sous le chariot qu'il traîne
Je vous salue, Marie.

Par les quatre horizons qui crucifient le Monde,
Par tous ceux dont la chair se déchire ou succombe,
Par ceux qui sont sans pieds, par ceux qui sont sans mains,
Par le malade que l'on opère et qui geint
Et par le juste mis au rang des assassins:
Je vous salue, Marie.

Par la mère apprenant que son fils est guéri,
Par l'oiseau rappelant l'oiseau tombé du nid,
Par l'herbe qui a soif et recueille l'ondée,
Par le baiser perdu par l'amour redonné,
Et par le mendiant retrouvant sa monnaie:
Je vous salue, Marie.

samedi 30 mars 2013

un peu de rythme



Un super montage!

mardi 26 mars 2013

Unis




Assis contre un parapet
ils dorment au soleil
l'un contre l'autre...

lundi 25 mars 2013

Passionné du hasard

Week end à Paris.
Je prends un petit sac à dos pour être léger. La veille je mets un livre de poche, mais de 300 pages, pour lire dans le train. Le matin du départ, je réduis le poids du bouquin en prenant un livre de Christiane Singer : Une passion. Trois fois moins de pages...
Ce livre raconte l'histoire d'amour entre Abélard et Héloïse. Une histoire assez étonnante entre la nièce de l'abbé Suger, destinée à être nonne, et un philosophe théologien chargé de faire son éducation morale et religieuse. Amour, passion, séparation, lettres, et castration par les hommes de main de Suger qui montre l'abus de pouvoir de l'église. Mais d'où vient le problème entre la religion et la sexualité? Ce n'est pas le sujet de l'histoire, mais ça mérite d'être dit!
Je lis donc quelques pages dans le train... La passion au moment de Pâques, ça tombe bien, non?

Le matin je vois un salon, l'une des raisons du voyage. Puis ballade autour de Notre Dame, appareil photo en bandoulière. Je tourne, je regarde, je prends un pont, finalement je le reprends dans l'autre sens. Je n'ai pas d'itinéraire. C'est ce que je vois, ou aperçois, qui me guide.
Et tout d'un coup, en levant le nez, je vois cette plaque.


Alors là, c'est quand même très fort!
Non seulement je change de livre le matin, puis je fais demi tour pour voir un immeuble de près, que j'aurais très bien pu ne pas voir, je lève la tête au bon moment, et ... Héloïse et Abélard me font un petit clin d'oeil.
L'info ne m'apporte rien en soi, ne me concerne pas dans ma vie propre, mais cela apparaît comme miraculeusement.
Ceux qui me lisent savent que j'aime raconter ce genre d'histoires, qui m'arrivent assez régulièrement.
Ce même week end, il m'est arrivé une concordance aussi extraordinaire entre quelque chose que je venais de vivre et une carte du Yi King tiré au hasard une heure plus tard. Je ne le raconterais pas car c'est personnel, mais c'était aussi flagrant.
Ai-je dit que la maison où j'ai vécu tout petit enfant s'appelait " Au hasard"?

jeudi 21 mars 2013

Shitao

File:Mingxianquan and Hutouyan by Shitao.jpg

"Je parle avec ma main, tu écoutes avec tes yeux."
Shitao

mercredi 20 mars 2013

Shitao

Colloque à l'abri des pins de Shitao

Gravissant le mont en direction de la pure clarté,
Pas à pas on pénètre la nature non révélée.
Les rayons du couchant éclairent en bas les flots du fleuve ;
Là-haut dans le ciel frais se purifient mille cimes.
La Porte de Pierre garde toute la beauté de l’heure,
Alors que du crépuscule déjà émerge la lune.
Montant toujours vers la chaumière du Maître Lointain,
Une sente suspendue au flanc du pic solitaire...
A travers nuages voici la lueur de la lampe :
Sous les pins se font entendre les pierres musicales.
Face à face, hôte et visiteur hors de la parole :
Coeur-palpitant soudain gagné par la paix du Clian.
Qian Çi (722-780 ?)


mardi 19 mars 2013

De l'inquiétude


L'inquiétude, vous connaissez?
C'est le contraire de la quiétude. Oui, dit comme ça, c'est simple.
De même que certains s'inquiètent, y en a t-il qui se quiètent? 
C'est quand même curieux que le verbe n'existe que dans un sens, et pas dans l'autre, et révélateur que ce soit dans le sens "négatif".
Je crois bien qu'il s'agit d'une nature fondamentale, il y a les inquiets, et ceux qui ne le sont pas, c'est à dire qui ont confiance. Bienheureux ces derniers.

Déplaçons un peu le point de vue et regardons le fait de ceux qui croient décider de leur propre vie, qui se croient libres de leurs faits et gestes (et peut être même de leurs pensées...).
La logique serait de dire que si on croit maîtriser sa vie, alors on ne pourrait choisir quoique ce soit d'inquiétant. En bref ces gens ne peuvent connaître l'inquiétude. Ils ont peut être d'ailleurs une confiance absolue dans leurs capacités. Mais ils peuvent aussi cacher une inquiétude par un comportement excessif quelconque.
La réalité est un peu différente. Il y a les émotions que l'on ressent, ou que l'on évite de ressentir, et les croyances du genre "je fais ce que je veux". Si on est honnête, pour ne pas dire humble, la vérité est plus proche de ce qui se dégage de nous, de ce qui transparaît, que de nos discours et croyances non vérifiées.

Il n'y a pas de mal à être inquiet, mais inquiet de quoi au juste?
L'inquiétude est le fait d'imaginer que les choses pourraient se passer différemment de ce que l'on aimerait, c'est à dire qu'elles se passent mal en fait. Etre inquiet, pour faire court, c'est imaginer le pire. Et imaginer le pire c'est ne pas être d'accord pour que cela arrive. Mais qu'en sait-on de ce qui va arriver? Rien, absolument rien. Et si c'est "grave", que risque t-on? Quel est le pire qui puisse arriver? A part la mort, je ne vois pas d'autre réponse. Dans la réalité, il ne s'agit jamais de mort. Il s'agit plutôt d'une mort symbolique, qui nous confronte à des peurs ou à une peur fondamentale.

Je pourrais simplifier en disant que l'on est inquiet de ce que l'on ne maîtrise pas. Soit on évite le plus possible l'inconnu, l'inattendu, en se surprotégeant, soit on utilise la force, le pouvoir, qui est une autre façon de se protéger. Mais qui peut dire que l'inattendu n'a jamais frappé à sa porte? Personne. 

Il est évident que l'inquiétude ne peut pas se transformer en quiétude du jour au lendemain. Il faut aller la déraciner, et mettre de l'objectivité dans sa relation à la vie. Et pour cela un désir de grandir.
Cela nous renvoie aussi à notre désir de sécurité absolue, alors que dans le monde extérieur, c'est strictement impossible. 
Si le monde extérieur n'est que changement, passant de l'agréable au désagréable, et vice et versa, comment peut-on s'en sortir? Sinon mourir à celui qui veut le non changement.

"Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent, et ils n'amassent rien dans les greniers; et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu'eux?
Matthieu  6 - 26

samedi 16 mars 2013

Réveil

Un matin.
Les cloches sonnent.
Malgré un coucher tardif, le corps est en train de se réveiller. Déjà dans un demi sommeil, un bruit de voiture annonçait la vraisemblance de la fin de la nuit.
Un message un peu diffus demande un peu plus de repos encore.
Mais le réveil est là. Le sommeil s'est évaporé. Les pensées commencent à apparaître. Si le corps est réveillé, c'est qu'il n'a plus besoin de dormir. Seul un désir de rester au lit pour profiter de la chaleur s'oppose au lever.
J'observe le manège. Je sais que le corps ne se rendormira pas. Même si six heures sont un peu courtes, l'horloge corporelle fait son oeuvre. Il n'y a pas de décision personnelle à ce niveau.
Soudain, parmi les quelques pensées, se pose la question : "Qui s'éveille, et quand?" Très vite la réponse apparaît : la conscience. Ce qui observe, ce qui est présent à ce qui se passe.
Du coup je sens la respiration se faire. Je n'y suis pour rien, tout comme la fin du repos du corps.
J'observe un instant. Il n'y a rien d'autre.
Puis des pensées arrivent.  Comme dit Daniel Morin : "Le mental se réveille toujours en pleine forme!"
Plutôt que de me laisser déborder, je me lève pour de vrai. Etre allongé favorise la passivité. Du temps perdu.
Rester conscient de ce qui apparaît. Premier travail. Favoriser la présence. S'exercer, toujours, le plus souvent possible, pour diminuer le risque mécanique du sommeil.
Il y a toute une mécanique qui ne dépend pas de notre volonté. Celui qui observe semble hors d'atteinte de toute mécanique.
Il n'y a pas d'heure pour se réveiller...

jeudi 14 mars 2013

Maison paille



Le remplissage entre les montants de l'ossature bois est relativement rapide. Il reste ensuite les rebouchages divers ce qui est au total plus long à faire.


mercredi 13 mars 2013

Maison en paille

En ces temps de crise, rien de tel que la paille!
Il faut d'abord décharger le camion
Puis porter les ballots (une quinzaine de kg),
Entasser, ce qui fait quand même une certaine hauteur.
Une fois la livraison terminée, avec de la paille un peu partout, il ne restera plus qu'à la mettre dans les murs.
Par bonheur pour moi, il y a Jean Louis, un ami charpentier qui a participé à la construction d'Ardenne, et Stéphane le spécialiste des enduits chaux, terre et autre paille, que certains connaissent.
Une belle équipe.

mardi 12 mars 2013

Dans les arbres



Posé sur la cime des arbres,
une pièce de contemplation,
ou un nid d'amour...


Avec pour vue la mer
et l'île aux oiseaux.


Et puis au fond du fond
les cabanes tchanquées,
autres îlots au raz des flots.

lundi 11 mars 2013

La vierge à l'enfant du mont Cornadore


L'intérieur de l'église de Saint Nectaire est assez lumineux de par les nombreuses ouvertures et évidements dans les murs intérieurs. Tout au fond derrière l'autel trône une vierge de majesté en bois du XII ème siècle.

     


Elle porte l'enfant Jésus qui a plutôt la tête d'un garçon ou d'un adulte. On peut noter qu'elle a une ligne de visage et de profil arrondi, dégageant une certaine douceur, alors que l'enfant a un profil assez raide et une tête un peu carrée. Elle baisse les yeux, humblement, lui nous regarde.

dimanche 10 mars 2013

Etre un homme

O terrien
Quand comprendras-tu que t'es rien 
Pour être un homme?

samedi 9 mars 2013

Le silence est parti

Le silence est parti comme il est venu
Sans faire de bruit.
N'aurait-il pas voulu de moi?
L'aurais-je mal accueilli?
Il m'a dit : 
Ne me retiens pas
Je ne suis à personne
Je suis à tout le monde
Je suis sans appartenance
Je viens pour vérifier l'absence
De ceux qui choisissent la confiance.
Si tu cherches à me recevoir
Je risque de te décevoir.
Dans les pensées, dans le désir, ne peux survivre
Ne cherche surtout pas à me suivre.
Je suis dans ton dos, retourne toi
Si tu veux que je revienne, oublie ton moi.
Mais si tu veux, tu ne peux pas
Sois l'ouverture totale
A ce qui veut et ne veut pas.
N'attends rien, et ne m'attends pas
Je suis la récompense de la non attente.
Laisse toi envahir de non compréhension
Sens toi à l'aise dans l'incertitude
Ose la fragilité au bord du précipice
Sans le savoir vraiment tu deviendras calice
Dans cette pauvreté, je deviendrais ami
Car au bord de ce vide tu trouveras la vie.

vendredi 8 mars 2013

Chaîne


Chaîne, catena en latin, vient de la racine indo-européenne kat qui signifie lier.
Catena a donné cadenas, et cadène (dans le langage bateau), caténaire.
Ce qui est étonnant c'est le sens opposé que peut avoir ce mot : à la fois relier et à la fois entraver.
Un chaîne est une suite d'anneaux.
Anneau vient de annus qui signifie cercle, mais aussi an, année, c'est à dire ce qui revient, ce qui tourne autour, cela viendrait de la racine indo-européenne at qui signifie aller, année.
Lier, relier vient du latin religare, qui a donné religion comme chacun sait.

On peut dire que le risque d'être lié, relié, c'est d'être enchaîné. C'est très paradoxal. Le désir d'être en lien et le désir fondamental d'être libre se côtoient, comme le désir d'appartenance ou de se donner.
L'anneau de mariage symbolise le lien du couple, mais combien de personnes portent aussi des colliers, des chaînettes, des bracelets, des boucles, qui outre l'aspect "décoratif" représentent quand même des chaînes.
Est-ce qu'une chaîne rassure?
Pour les prisonniers enchaînés, certainement pas, elle représente la privation de la liberté.
A l'inverse on parle de chaîne humaine ce qui signifie une relation de liens dans un même but, dans laquelle les gens se tiennent.
Dans le sens de réseau (de toile, de filet), on utilise le mot chaîne pour parler de la télévision, qui est un moyen excellent d'enchaîner les spectateurs.
En bref on peut être enchaîné sans même s'en apercevoir.

jeudi 7 mars 2013

Saint Nectaire


Je savais qu'il y avait une perle romane à Saint Nectaire, située non loin d'Issoire. Je continuais donc sur les routes enneigées à travers les vallées des monts d'Auvergne cette fois.
Une fois traversée la station thermale, apparaît un mont avec l'église au sommet, dominant un village minuscule. Il s'agit du mont Cornadore, dont le nom signifie : réservoir des eaux. Ce sont les Romains qui installèrent des thermes.
Comment se fait-il qu'il y ait une église aussi grande pour un si petit village dans une vallée perdue?
Il faut se pencher du côté du tellurisme particulier de l'Auvergne. Auparavant il y avait un dolmen ici, l'église a été construite sur un lieu d'énergie tout à fait unique que connaissaient les anciens. Comme à Orcival, dans les environs. L'église est un amplificateur de l'énergie tellurique due aux cours d'eau et autres réseaux redécouverts par la géobiologie. Il s'agissait de canaliser le courant de la wouivre.
Cela semble complètement inimaginable aujourd'hui de bâtir sur un lieu choisi pour son énergie de base!
A cette époque, c'était presque une règle, au moins une préoccupation.
En général, dans ces lieux que l'on peut dire vraiment sacrés, règne une ambiance particulière, on s'y sent bien, on se régénère, et on peut même ne pas avoir froid, ce qui était le cas ici.

Encore un chevet magnifique.

Le mot chevet vient du latin caput, qui signifie tête. Les églises, en forme de croix le plus souvent, ont donc le chevet à la place de la tête, en général à l'est.

mercredi 6 mars 2013

O Dieu très haut... odieux très haut!




Voilà comment on induit les gens en erreur, comment l'architecture manipule ceux qui la pénètrent!
Je ne parle même pas d'entendre les discours ou les sermons, mais juste de voir, d'observer. On a l'impression que tout se passe en l'air, en hauteur, comme l'élévation dans la messe. On crée un mythe d'un Dieu là haut dans le ciel, très haut, au dessus de nous, inatteignable. On crée une voute céleste avec des étoiles, avec des dorures, avec ici une bulle dans laquelle est représenté le Christ, associé à Dieu le Père, tout en haut. Les hommes sont en bas, et ce rapport sans lien crée une séparation, accentue la croyance qu'il y a quelque chose au-dessus, sans vérification possible.
A partir de là les mots s'envolent aussi, et deviennent creux. Qui peut comprendre? On perd le contact avec une réalité humaine, et on part dans l'imaginaire.

L'église romane d'Issoire est pourtant superbe, mais elle est tombée dans l'illuminure, une sorte de monde virtuel qui risque de séduire l'oeil ou la connaissance des références, pas forcément l'intériorité.
On est dans la séduction, dans la richesse, cela annonce déjà l'esprit gothique....


Très haut ou très bas? Représenté ou non représenté? Visible ou invisible? Croyance ou certitude?

mardi 5 mars 2013

Pas de pas


On pourrait l'intituler : OUI
Pourquoi?
Parce que : Pas de pas!

lundi 4 mars 2013

Eglise d'Issoire

L'église d'Issoire est sans doute la seule où l'on peut voir les 12 signes du zodiaque, autour du chevet.

Cela devait avoir un côté profane à l'époque.

Quand on voit le misérabilisme architectural de nos jours,
et ce qu'ils étaient capables de faire à l'époque...

samedi 2 mars 2013

Eglise d'Issoire


Je n'avais pas prévu de m'arrêter à Issoire, mais il fallait que je prenne de l'essence. Je ne sais pas pourquoi, je suis passé par le centre, puis j'ai tourné sans savoir si c'était le bon chemin, et tout d'un coup j'arrive juste là, au chevet de l'église. C'est une bénédiction, ou une bénéconduite si vous préférez...
Je me gare et sors avec l'appareil photo. Il y a de la neige, ce qui ajoute un peu de magie à cet arrêt non prévu.
Issoire possède l'une des plus belles église romanes d'Auvergne : Saint Austremoine, qui sont typiques par leur chevet aux multiples chapelles, et par leur tour orthogonale.


Magnifique!

Le Puy en Velay


Après deux heures de route sur la neige, j'arrive au Puy en Velay, dont le site est très étonnant. Plusieurs monts rocheux pointent vers le ciel, en particulier l'église Saint Michel d'Aiguilhe. Une sorte de Mont Saint Michel en miniature. Je n'ai pas beaucoup de temps pour m'arrêter et visiter, mais je fais une petite pause photos.

 Le Puy est le départ de la via Podiensis, l'un des itinéraires du Chemin de Saint Jacques de Compostelle. Il faudra revenir car il y a une richesse architecturale, comme cet arc trilobé magnifiquement sculpté.


Je me dis que c'est étonnant ces églises qui sont situées sur des pitons rocheux, pointant le ciel, comme pour s'en approcher, alors que nombre d'abbayes sont au contraire au fond d'un vallon caché.
Entre très haut et très bas... A moins que le tellurisme s'en mêle.