Membres

lundi 21 août 2017

Eclipse du soleil aux U.S.


  Il y a aujourd'hui une éclipse totale du soleil qui va traverser les Etats Unis d'ouest en est.



La dernière remonte à près d'un siècle (là bas).
On s'attend à une grande bousculade avec tous les risques liés aux mouvements de masse.
Elle sera visible ce soir vers 20 H à la pointe de la Bretagne, mais seulement à 25%.

Une éclipse est un alignement de 3 planètes : Soleil, Lune et Terre comme ici, à savoir la lune cache le soleil à la terre. Par contre pour l'éclipse de lune, c'est la terre qui cache le soleil à la lune.

C'est aussi la lune noire.
Cela fait une double influence de la part des astres vis à vis de la terre.
Certains, comme d'habitude, annoncent le pire, en particulier pour les U.S. de Trump...
On verra, enfin pour ceux qui ne sont pas dans le noir!

vendredi 18 août 2017

De l'Effort et de la Grâce

Amen en syriaque

Le comble et le paradoxe du cheminement spirituel, c'est de pratiquer l'impraticable : l'abandon. La plupart d'entre nous arrivons avec une demande, celle d'être heureux, ou plutôt : je veux être heureux, constatant notre incapacité à l'être; et nous allons passer un certain temps à renforcer ce "je" alors que c'est lui le problème. Le "je" ne peut que vouloir, que ce soit des choses matérielles, ou des choses subtiles comme la libération, l'éveil. On va lui dire : pratique, médite, discipline ta vie, fais des efforts, mets le paquet... En même temps l'ego ne peut être libre, tous les textes le disent, comme les mots soumission (signification du terme islam), amen (ainsi soit-il), abandon, lâcher prise, mourir à soi-même... Il est fait état d'un lieu où l'ego n'a plus sa place C'est comme vouloir sa propre disparition, cela semble impossible, peine perdue. Ainsi vouloir devenir le meilleur disciple possible est bien le comble! D'un côté les efforts pour croître spirituellement, de l'autre oser l'abandon...
Certains sont fiers de leurs efforts, ce qui renforce leur ego, d'autres culpabilisent de ne pas faire assez d'effort. Tous les schémas sont possibles. 
Quand ça lâche, quand on est porté, inspiré, on parle alors de grâce. Qu'est-ce que la grâce? Pour moi, cela définit un aspect impersonnel qui ne dépend pas de nous. Cela advient, cela ne se décide pas. C'est un mystère qui nous dépasse, comme la vie elle même. Mais qu'est-ce qui peut lâcher sinon ce qui voulait, ce qui faisait un effort? Ce n'est pas en se laissant aller dans la nonchalance totale que ça va lâcher.
Dans son livre "L'Effort et la Grâce" Yvan Amar cite Poonjaji : "La grâce n'est pas le résultat de l'effort, elle est la nature même de l'effort qui veut s'en saisir."
Reste l'effort conscient, sans demande, pour arriver un jour, Inch'Allah, à l'état sans effort...

jeudi 17 août 2017

mercredi 16 août 2017

mardi 15 août 2017

Tourisme


Le tourisme est le moyen qui consiste à amener des gens 
qui seraient mieux chez eux 
dans des endroits qui seraient mieux sans eux.

Philippe Meyer


mardi 8 août 2017

Bonnes vacances

sculpture à Rosas

jeudi 27 juillet 2017

L'appel du voyage

Mosquée du Chah à Ispahan

J'aime voyager, j'aime partir vers l'inconnu, j'aime les livres de voyageurs, d'aventures, j'aime les carnets de voyage qui nous font ressentir l'ambiance des lieux, j'aime les cartes, je peux passer des heures à déchiffrer les cartes sans me lasser...
Il y a encore quelques pays qui me tentent, pour leur architecture entre autre, comme l'Iran, l'Ouzbékistan, les villes de la fameuse Route de la soie : Ispahan, Shiraz, Bukhara, Samarcande... Les mosquées et leur dômes d'un bleu étincelant, les minarets pointant vers le ciel, les mausolées, les places, la poussière, la chaleur et l'ombre rare... Cela me parle et m'appelle. Les noms sont déjà des promesses!

vue aérienne de Yazd

Hier, sur un site de voyage, je lisais les commentaires à propos d'un voyage en Iran, pays qui pourrait faire peur, tant est qu'il a été "satanisé", alors que les iraniens sont d'une rare hospitalité. Comme il faut que je me situe, j'ouvre aussi une carte pour repérer les lieux, une carte vue du ciel surtout. Et je regarde, je sens, les rues, les places, les mosquées dont je vois les photos, la sécheresse..
Tout d'un coup je m'aperçois que ça parle arabe en arrière plan, dans ma tête. Je ne connais pas l'arabe, et pourtant... Cela a duré quelques secondes, bien malgré moi, tout en émergeant d'une part de moi. J'ai été surpris, mais pas tant. Je connais mon attirance pour ces régions aux horizons désertiques.
Quand j'ai commencé à écouter vraiment, cela s'est évanoui, comme un mirage...

vue intérieure de la grande mosquée d'Ispahan

mercredi 26 juillet 2017

De la conscience et du corps

Le matin, au réveil, mon corps me laisse en général suffisamment tranquille pour que je ne le sente pas. Il est détendu, il n'est pas un poids, il n'y a pas de sensations désagréables. Reste la conscience d'être vivant, l'observation de ce qui se passe.
Un bruit se fait dans le ventre avec une sensation particulière. Je ressens parfaitement qu'il vient de se passer quelque chose complètement indépendant de ma volonté, comme étranger à moi même, je veux dire au moi  qui se prend pour le corps, identifié. Je continue de sentir le ventre, la respiration, une sorte de machine en fait, mais indépendante de la conscience que j'en ai. J'imagine le cerveau sous la boite crânienne, avec ses milliards de neurones, qui fonctionnent sans que j'y puisse grand chose. Où est la conscience là-dedans? Je n'en sais rien. Et le sait-on? Qu'est-ce que la conscience? Je n'en sais rien. Avoir conscience du monde dit extérieur, de soi-même en tant qu'être vivant, de son corps, des pensées, oui bien sûr, mais être conscient tout court, ressentir la vie sans séparation, voir que tout apparaît et s'en va, tranquillement... Tranquillement parce que rien ne s'y oppose. Juste se sentir être...

Puis l'infirmier arrive, pour un brin de toilette, m'aider à l'habillage. Redevenir vertical est une sensation particulière que je déguste chaque matin, une certaine lourdeur revient, les premiers pas sont hésitants, maladroits, je dois faire attention à l'équilibre à tout moment. De même le corps s'impose à moi très souvent pendant la journée. Prendre de la distance est plus difficile. Pourtant, là, assis, tout de suite, je ne le sens quasiment pas...
L'identification au corps est un sacré truc, vraiment! Et pour moi c'est un sacré exercice... Il faut déjà un certain calme extérieur, un contexte aidant, pour accéder plus aisément à l'intérieurité. Un lieu de retraite en quelque sorte. 
Où est le corps qui répondait à la demande sans que j'y pense? Il faudra faire sans.
Ok, c'est comme çà.
Il y a tellement de gens qui ont la tête pleine de lourdeurs perpétuelles...
Bonne journée légère!

samedi 22 juillet 2017

mardi 18 juillet 2017

Tu cours, tu sautes, tu surfes...

Coupez le son, c'est mieux pour les oreilles.
Les images sont fantastiques sinon...

dimanche 16 juillet 2017

Je ne me sens pas national

Ah les grandes phrases des politiques, la responsabilité reconnue pour un passé révolu où ils n'étaient pas présents (ce n'est pas le gente à se reconnaître responsable d'erreurs ou de mauvaise conduite alors qu'ils exercent un quelconque pouvoir)... Les accolades, les poignées de main, les promesses...
Pendant ce temps les réfugiés de toutes sortes risquent leur vie pour la liberté, du travail, une vie normale somme toute. Combien d'entre eux se noient, se heurtent aux grillages, aux pillards, au renvoi par les forces de l'ordre (quel ordre?), démunis de tout?
Aider les migrants est condamnable.
Condamner le racisme est normal.
Cherchez l'erreur...
C'est comme çà, ainsi va le monde!
Pendant ce temps on fabrique des armes, la chimie tue la terre, les espèces animales disparaissent, les hackers hackent, et les présidents twittent...
Ah oui, les blogueurs bloggent...
Heureusement le présent reste toujours disponible! 

vendredi 14 juillet 2017

Paysage

En chinois, le terme qui signifie paysage se dit : Shan Shui
ce qui se traduit par : montagne et eau.

(Je ne sais plus où j'ai trouvé cette photo)

jeudi 13 juillet 2017

NON aux corridas

Pour l’abolition définitive de la corrida en France


À l’attention du président de la République
Alors que peu d'hommes politiques osent se positionner pour interdire la corrida en France, la Fondation 30 Millions d’Amis lance une grande pétition pour que le nouveau président de la République et les députés qui seront élus lors des prochaines législatives se prononcent en faveur de son abolition.
Grâce à la Fondation 30 Millions d’Amis, depuis la loi du 16 février 2015, l’animal est désormais reconnu dans le Code civil comme un être sensible, qui peut souffrir. Une nouvelle conception qui n’épargne pas le sujet de la corrida : il ressort d’un sondage de février 2015 que « 7 Français sur 10 sont favorables à sa suppression ».
La Fondation 30 Millions d’Amis demande ainsi la suppression du 7e alinéa article 521-1 du Code pénal. Si cet article punit sévèrement les sévices graves et les actes de cruauté envers les animaux, son alinéa 7 autorise les spectacles taurins avec mise à mort lorsqu’une « tradition locale ininterrompue » peut être invoquée. Cette exception légale aux sévices graves, simple tolérance du législateur face à des pratiques d’un autre temps, légitime la mutilation de milliers de taureaux chaque année en France et leur mise à mort dans de grandes souffrances.
Je m’associe donc à la démarche de la Fondation 30 Millions d’Amis visant à supprimer l’alinéa 7 de l’article 521-1 du Code pénal afin de faire interdire définitivement la corrida en France.

mercredi 12 juillet 2017

mûrir

Aujourd'hui, ton corps est plus vrai que ton âme;
demain, ton âme sera plus vraie que ton corps.

Gustave Thibon (philosophe)

mardi 11 juillet 2017

lundi 10 juillet 2017

Etre libre


ETRE LIBRE

C'EST FONDRE DANS LA NON LIBERTE TOTALE

samedi 8 juillet 2017

La vie qui passe


Passer des croyances au doute
puis du doute à l'incertitude
un jour devenir certain
à l'évidence de n'être rien 

Comme étaler son arrogance
sur le tapis de sa jeunesse
oser regarder ses faiblesses
et fissurer sa toute puissance

Après les tempêtes de la vie
la mer rejette sur le sable
celui qui se croit infini
voulant faire de sa vie une fable

Accueillir ce que vie propose
est-ce donc si difficile
à croire que personne ne l'ose
comme de marcher sur un fil

Lâcher demain, la belle affaire
comprendre enfin, être moins fier
sans se soucier, puisque plus rien
la vie qui passe et te dit : viens

jeudi 6 juillet 2017

Putain de bac!


En 68, un cousin parisien, qui était en première, décida, vus les événements, de tenter le bac, qui allait être donné, ou quasiment, à tout le monde. Il l'obtint, et gagna une année en évitant de faire la terminale!
L'année suivante, j'ai voulu tenter la même expérience. J'étais en première, et me suis inscrit au bac dans la section littéraire. J'ai révisé ce que j'ai pu, et eu seulement six de moyenne!
Entre temps, je passais le bac de français, toujours dans la section littéraire, soit le plus fort coefficient : 4. Et j'ai un. Un sur vingt, c'est fou! Comment peut-on mettre un à une copie de français? Surtout que j'avais plutôt des notes assez bonnes en général.
J'avais choisi de parler du livre : Le vieil homme et la mer d'Ernest Hemingway. Etait-ce parce que j'avais choisi un auteur américain, et donc une traduction, plutôt que de la "vraie" littérature française? On a demandé des explications, une double correction. Aucune réponse, aucune explication. Mon explication à moi, c'est que j'ai du avoir affaire à un connard de première, un psychorigide de mes deux, bien caché derrière l'anonymat. Encore heureux que je n'ai pas choisi Henry Miller, il m'aurait mis une note en dessous de zéro!
Résultat : j'avais trente six points à récupérer, pour remonter ne serait-ce qu'à dix, pour avoir la moyenne. J'étais un élève moyen, même en philo, au coefficient 4 comme le français. Par contre j'étais le meilleur en dessin et adorais le sport. J'ai eu dix huit et dix neuf dans ces deux matières, ce qui me permit de récupérer dix sept points en plus.
Le jour du résultat du bac, je ne faisais pas le fier. Quand je vis mon nom parmi les reçus, ce fut un soulagement. Lorsque je reçus mes notes, je vis que j'avais au total dix de moyenne. Pas de quoi pavaner. Un prof m'avait coulé, mais j'avais pu remonter la pente grâce au dessin et au sport. De cela j'étais fier, surtout que ces matières sont le plus souvent délaissées par la plupart des élèves.
Putain de bac...
Dans ma vie professionnelle, j'ai eu quelques déboires avec des profs, et un gendarme, comme par hasard, écolos pourtant, des malades je vous dis!

mercredi 5 juillet 2017

OK

ETRE OK

QUAND LA VIE ME MET KO!

lundi 3 juillet 2017

Madame

Simone Veil s'est éteinte il y a quelques jours.
Elle fait l'unanimité auprès des français aujourd'hui.
Ce ne fut pas toujours le cas quand elle se faisait insulter par des députés hommes
en présentant sa proposition de loi sur l'avortement.
Après tout ce qu'elle a vécu, et son parcours de résilience,
je trouve que peu d'hommes politiques lui arrivent à la cheville!
Je l'avais croisée lors d'une expo au Grand Palais.
Un vrai regard
Une grande dame!

samedi 1 juillet 2017

Visages Villages

La rencontre entre une cinéaste, Agnès Varda, et un photographe qui fait dans le grand, le très grand même, JR, cela donne un film sur les gens dont on ne parle pas, avec plein de créativité, de poésie...
Je vous conseille vivement.

jeudi 29 juin 2017

Accueillir

Il ne faut pas se bloquer sur les mots, ou répéter des formules célèbres, attitude que j'ai eue je l'avoue, mais plutôt essayer de trouver les mots justes qui correspondent à notre état, à ce que l'on peut réellement faire.
Plutôt que dire "oui à ce qui est", accepter, je préfère le terme d'accueillir, cela me semble plus doux, plus près du ressenti. Dire oui pourrait facilement rester une sorte d'engagement moral et intellectuel figé sur des situations parfois douloureuses. Il faut surtout apprendre à dire oui au non qui montent en nous. Mais qui dit oui, qui dit non? Y a t'il une présence déjà installée, suffisante?

L'accueil semble mieux correspondre à ce que nous pouvons vivre humainement parlant, accueillir ce que la vie propose, et s'accueillir soi-même dans ce vécu de la vie, apprendre à se laisser transpercer par la vie, à vibrer avec elle. Offrir l'hospitalité à la vie qui ne manque pas de frapper à notre porte.
Il est évident qu'une émotion forte est bouleversante, mais à force de la laisser vivre en nous elle finira par se détendre elle même, puis disparaître et nous laisser tranquille. Elle obéit aux mêmes lois du vivant, à savoir naître, grandir, puis mourir. Si on ne laisse pas grandir les émotions, on marchera blessé toute sa vie, et on ressassera les mêmes ressentiments. On pourra toujours se dire qu'il faut "mettre en pratique", en réalité on ne le fait jamais, ou presque, et on se ment à longueur d'années qui passent. 

Sommes-nous condamnés à être prisonniers de la souffrance entretenue, ou capables de la dépasser d'une façon ou d'une autre? Si vous êtes si sûr de votre libre arbitre, alors qu'avez- vous choisi, la prison ou la liberté? Regardez franchement!
Et si vous êtes sûr de maîtriser, qui décide quand l'émotion est là, telle une ombre derrière vous?
Celui qui reconnaît son non-choix est déjà hors d'atteinte, sur la voie de se rendre, il accueille l'évidence du réel, il ne peut plus discuter. Le vrai oui peut jaillir dans cet état de lâcher, d'abandon, de complète détente.

Apprendre à être à l'écoute des mouvements intérieurs, de plus en plus souvent, minute après minute, juste observer et accueillir, ne pas juger, ne pas nier, voir apparaître, voir disparaître, perdre pied et revenir à la surface, être un guetteur, une vigie, un veilleur, une simple présence bienveillante.
Nous sommes inégaux vis à vis de cette attitude, comme du reste d'ailleurs, c'est comme çà! Chacun suit son évolution. Qui peut ouvrir son coeur quand il saigne, qui peut louer la vie quand il est mis à terre, qui peut remercier quand il se sent désemparé? 
Et lorsque le coeur s'ouvre, et lorsque le silence apparaît, qui en décide?

jeudi 22 juin 2017

Le Maroc vu du ciel


Ce soir sur France 2, Le Maroc vu du ciel de Yann Arthus Bertrand
https://twitter.com/France2tv/status/877194858967949312

mercredi 21 juin 2017

Le plus vieil arbre du monde

Il a fallu 32 jours de travail pour gravir en haut de cet arbre de 75 m de haut,
installer un support pour l'appareil photo, et faire un montage de 126 photos.
Cet arbre, un sequoîa, a environ 3 250 ans, le plus vieux du monde, 
surnommé le président.
En bas, le point rouge à gauche, c'est un homme!
trouvé sur le site (excellent) : positivr.fr


mardi 20 juin 2017

Tous les plus grands "chefs" religieux réunis

Partager, écouter, honorer, aider, découvrir, respecter...
L'AUTRE!

dimanche 18 juin 2017

Remèdes quand ça va mal


- Moi, quand ça ne va pas, je prend du Prozac!
- Moi, j'me prend une cuite!
- Et moi un petit joint fait l'affaire!
- Et toi, qu'est-ce que tu prends?
- Ho, je prend juste un peu de recul...

vendredi 16 juin 2017

Pourquoi méditer


Aujourd'hui on prouve beaucoup de choses scientifiquement. C'est bien.
Il faut aussi un élan, et en même temps être sans but...

jeudi 8 juin 2017

Chut



CHUT....

D'où vient ce mot, qui n'en est pas un?
Un bruissement qui s'échappe des lèvres
Un doigt qui dit non à la bouche
Un souffle qui s'évanouit avant que de naître
Une douceur qui fait fuir le pépiement des pensées
Une retenue, un arrêt, une surprise
Une permission, une naissance, une découverte
Mais chut... n'en disons pas plus!
Il ne s'agirait pas de parler du silence...

mardi 6 juin 2017

Aurore Market : le bio pas cher

Aurore Market, qu'est-ce que c'est ?
Aurore Market, c'est une épicerie en ligne qui propose entre 3 000 et 4 000 références de produits issus de l'agriculture biologique. Vous y retrouverez tout ce qui est disponible habituellement en magasin spécialisé, mais de 25 à 50 % moins cher. Comment ? Il faut être membre pour pouvoir profiter des tarifs, en payant une adhésion annuelle de 60€.
Nous sommes basés en Aveyron et avons besoin de vous pour mettre en place notre entrepôt, dans la charmante ville d'Espalion (Si vous ne connaissez pas, passez y faire un tour cet été, vous ne serez pas déçus ! 🌞).
Adhésion 60€ donne accès au meilleurs du Bio
Nous faisons tous nos efforts pour vous proposer le meilleur prix. Nous réduisons notre marge au minimum (environ 4 % pour les plus curieux) et ne vivons que grâce aux adhésions. Vous l'aurez compris, il faut donc que nous soyons très nombreux !

Plus la campagne aura du succès, plus nous pourrons acheter des volumes importants et vous faire bénéficier de ces économies. Mais attention, pas question pour autant de rogner sur la rémunération des producteurs ! Nous sélectionnons les fabricants avec qui nous travaillons en fonction de leur éthique et de leurs engagements sociaux et environnementaux.
Pour en savoir plus : https://www.miimosa.com/fr

dimanche 4 juin 2017

Au pays du silence

Me trouvant dans les rayons de Cultura, je flâne du côté des livres de voyage, puis vers ceux dédiés au développement personnel et à la spiritualité. Je ne cherche rien en particulier, et regarde d'un oeil amusé les titres tous plus alléchants les uns que les autres concernant un processus d'évolution vers le bonheur. Au bout d'un moment, à la fin de la dernière table de présentation, je ne sais pourquoi mais un livre attire mon attention. Je le prends et commence à lire la page au dos de la couverture.
Je me sens très vite concerné car l'auteur a subi un terrible accident qui va le laisser dans le coma, puis se réveiller complètement handicapé. Mais ce sera le départ d'un profond changement spirituel.
Il y a sa photo, qui me touche aussi. J'achète aussitôt.
Je suis dans la lecture. Cela me rappelle l'ambiance du livre de Yogananda : Autobiographie d'un yogi.


Résumé :
De temps immémorial, il y eut sur notre planète Terre des hommes ayant atteint des degrés de réalisation spirituelle importants. Nombre d'entre eux entrent sur la scène publique afin d'attirer l'attention de l'humanité sur le véritable sens de notre existence et pour accompagner ceux qui y sont prêts vers des niveaux de conscience supérieurs. D'autres, en revanche, vivent discrètement à l'écart, retirés dans la gigantesque chaîne montagneuse de l'Himalaya. Ce livre raconte l'étrange rencontre, voulue par le destin, d'un homme avec un tel Maître insolite. Les enseignements non orthodoxes avec lesquels ce dernier le confronte au départ montrent avec quelle force la raison rigidifiée et structurée se trouve agressée et déstabilisée lorsqu'elle approche un tel être universel. La rencontre avec ce Maître libéré, qu'il ne fut possible de classer dans aucune catégorie, provoqua une profonde crise et une grande déstabilisation. Ce fut un voyage comparable à une descente dans le cratère d'un volcan en activité. L'amour, la sagesse et l'incommensurable force que le lecteur de ce livre expérimentera directement ouvrent un chemin conduisant au terme et au dénouement de tous les chemins : le retour vers le non-être infini.
Biographie:
Mario Mantese est né en Suisse. A 20 ans il devient membre du groupe américain Heatwave . A partir de là, les grands succès comme Boogie Nights , Always and Forever et The Groove Line conquièrent les hit parades du monde entier. Plus de 10 millions de disques sont vendus et 4 nominations pour les Grammy Awards couronnent ce succès. Le grand tournant a lieu après une soirée de gala à Londres. Sur le trajet de retour, il est poignardé en plein coeur. Cliniquement mort pendant 6 minutes, il subit une longue opération à coeur ouvert et tombe dans un coma profond qui dure presque cinq semaines. Dans cet état proche de la mort, Mario Mantese fait un voyage fantastique dans l'au-delà qui a pour effet une transformation totale de son être. Lorsqu'il sort du coma, il est aveugle, muet et complètement paralysé. Grâce à cette nouvelle connaissance spirituelle et à son immense volonté, il réussit à surmonter ses terribles handicaps. Aujourd'hui il voit, il parle, il marche et voyage à travers le monde pour partager son expérience.

vendredi 2 juin 2017

S'en mêler ou pas

En moi, c'est silencieux, 
je ne sais rien d'un destin. 
La vie se vit le mieux lorsqu'on ne s'en mêle pas
 et qu'on ne s'emmêle pas.

Mario Mantese

jeudi 25 mai 2017

Heureux de vivre


Je me souviens d'une soirée lugubre passée à 5 000 mètres de haut, au sommet de la passe de Tchurtsi, sous la neige qui tombait aussi froidement que la nuit et, eux, mes clochards du ciel, enfants innocents du Dharma, gentilles bêtes du Tibet éternel, eux étaient tout occupés à danser et chanter dans la tempête, car savoir qu'ils vivaient suffisait à les rendre heureux de vivre.


lundi 22 mai 2017

jeudi 18 mai 2017

Soyez audacieux

https://www.facebook.com/lindabortoletto.adventurer/


mardi 16 mai 2017

Rencontrer le silence

Quand vous rencontrez le silence
vous n'avez rien à dire.
Mooji


jeudi 11 mai 2017

Au-delà de l'impossible

Le mois dernier, j'ai lu un livre tout à fait étonnant : AU-DELA DE L'IMPOSSIBLE de Didier van Cauwelaert. Je cite la couverture :

" Et si nous avions la preuve que la conscience, après la mort, continue à transmettre des sentiments et de l'information? Et si cette preuve nous était apportée par deux des plus grands génies de la science, Albert Einstein et Nikola Tesla? C'est l'incroyable aventure dans laquelle s'est trouvé plongé Didier van Cauwelaert, qui nous livre ici une enquête à couper le souffle. Un véritable jeu de piste qui nous entraîne de la quête des savoirs disparus aux dernières découvertes de la science, des pouvoirs inouïs de notre pensée aux secrets d'une énergie inépuisable, non polluante et gratuite qui, demain, pourrait être mise à la disposition de l'humanité.
Rêve impossible, manipulation mentale ou révélations débouchant sur un espoir sans précédent?


En bref, l'esprit de ces deux génies va communiquer à travers des médiums tout un lot d'informations étonnantes et vérifiables, d'où le titre.
On est à l'aube de la découverte de l'énergie libre, ainsi qu'à celle des pouvoirs de l'esprit. Passionnant.

Lisant ce livre en quelques jours, je me trouvais plongé dans un univers où les ondes transcendent l'espace et le temps. Un jour, vers la fin du livre, j'entends la sonnette. Je me lève et me dirige avec la lenteur due à ma situation vers l'entrée à l'autre bout de la maison. J'ouvre la porte, personne! Je regarde dans la rue si la personne ayant sonné est repartie sur le trottoir. Rien, vraiment personne!
Bon, je suis dans l'esprit du livre, me dis-je, il se passe des phénomènes étranges...
Quelques pages plus tard, je lis, mot pour mot, la séquence qui vient d'arriver : la sonnette sonne, la personne va voir, il n'y a personne...
Est-ce un coup de Monsieur Tesla avec qui je me sens en empathie?
Dis, t'es là?
Incroyable, mais bien vrai!

dimanche 7 mai 2017

vendredi 5 mai 2017

In the wild... Seul en Alaska

3 mois en Alaska. 
1800 kilomètres en canoë sur la rivière du Yukon. 
900 kilomètres à pied à travers la toundra et les montagnes de Brooks,
 jusqu'à l'océan Arctique. 
Seul, avec pour unique compagnie 
les grizzlys, les loups et toute la faune du grand Nord.
ELOTT SCHONFELD

lundi 1 mai 2017

Le ciel est le même

Dôme de la medersa Tillia-Qari à Samarcande.
à l'ancienne, pas de harnais, juste les bras...
Le half Dome dans le parc Yosemite :
environ 2 700 m de haut, 1 500 m de dénivelé sur 13,5 km.
Pour les non alpinistes, les 200 derniers mètres sont équipés.
Les autres grimpent à la verticale!

samedi 29 avril 2017

La piste des anges

Mon fils vient de passer quelques jours dans les parcs de l'ouest américain.
En particulier à Zion Park en Arizona en faisant le trek d'Angel's landing.
Le plus bel endroit qu'il ait vu, me dit-il, et la réputation n'est pas surfaite
à en voir les images.
On part du fond du canyon, et on arrive à ce sentier taillé dans la roche,
21 lacets à s'enfiler...
Une fois là-haut, la vue est déjà superbe,
mais on peut continuer à escalader l'éperon rocheux 
avec le vide de part et d'autre, 400 m plus bas, 
vertigineux!
Il y a des chaînes pour se tenir, mais quand même...
Cela n'exclut pas les chutes mortelles!
Ca y est je sens que cela m'attire...

samedi 22 avril 2017

Pour qui ne pas voter?

DÉLITS D'ÉLUS ET PILLEURS D'ÉTAT, PHILIPPE PASCOT DIT TOUT !



Philippe Pascot présente ses livres sur la mafia des élus (1h07) et dénonce les abus du système politique en France. Il a écrit deux livres, Délits d'élus et Pilleurs d’État, dans lesquels il recense les incroyables abus, privilèges, corruptions, affaires judiciaires des élus et politiciens français. Son nouveau livre se nomme Du goudron et des plumes.
Maire adjoint d'Évry auprès de Manuel Valls pendant 9 ans, ancien conseiller régional, Chevalier des Arts et des Lettres, Philippe Pascot a 25 ans de vie politique derrière lui et a fréquenté la plupart des élus politiques de premier plan. Il milite pour une transparence totale de l'exercice politique et est engagé dans de nombreux combats de société.
Ses ouvrages recensent tous les abus dont la classe politique française profite sur votre dos, dont leurs affaires judiciaires, malgré qu'elles ou ils soient réélu(e)s, leurs aberrants et inconnus privilèges, les lois faites pour eux, etc.
Dans ces quelques vidéos présentées sur cette page, car il y en a d'autres, on apprend que le salaire minimum d'un député est de 13.500€ pour 21% de temps de travail, que vingt députés gagnent 800.000€ par mois, qu'un élu paie 2 fois moins d'impôts qu'un salarié, qu'un seul sénateur peut voter pour 100 autres, que 160 députés se sont payés des villas ou appartements avec l'IRFM, qu'un élu a le droit de cumuler 5 retraites sans plafonnement, et que certains sont des délinquants récidivistes qui se font réélire sans difficulté, sans oublier la députée PS, Sylvie Andrieux, qui se rend à l'Assemblée avec un bracelet électronique, pourtant condamnée par la justice, etc.
Son premier livre, Délits d'élus, écrit avec la journaliste Graziella Riou Harchaoui, dresse une liste non exhaustive de politiciens à partir de faits avérés, jugés ou en passe de l'être et relayés par les médias. Ce premier volet s'attarde sur 400 d'entre eux, dont environ 200 sont présents sur des listes en 2014. "Plus tu es un truand, plus tu as de chances d'être réélu !" Dit-il !
Élus mis en examen et/ou en garde à vue, placés en détention provisoire, condamnés pour trafic d’influence, impliqués dans des affaires de mœurs, pour avoir truqué des marchés publics ou confondu leur compte en banque avec celui de la collectivité qu’ils administrent..., ce livre démontre qu’aucun parti n’échappe aux dérives et/ou aux tentations qu’offrent l’accès au pouvoir et à l’argent public, le vôtre !
Sans concession ni parti pris, les auteurs rappellent que le meilleur allié des élus condamnés ou mis en examen est l’ignorance des électeurs et/ou leur "capacité à l’oubli." Leur propos est donc de remémorer les faits.
(Pour acheter les livres : maxmilo.com)
Son deuxième livre, Pilleurs d’État, dénonce les incroyables abus, privilèges, et corruptions des élus et politiciens français. "Si tous les élus ne sont pas pourris, beaucoup sont complices !" Dit-il. Philippe Pascot recense dans cet ouvrage les abus "légaux" dans lesquels tombe la classe politique française : Salaire exorbitant, exonération d’impôts, retraite douillette, cumuls, emplois fictifs, déclarations d’intérêts et d’activités bidons et tant d’autres petits arrangements entre amis.
Derrière une volonté affichée de transparence et de moralisation de la sphère politique, nos élus entretiennent leurs propres intérêts au travers de lois de plus en plus incompréhensibles, quand nous, simples citoyens, devons nous serrer la ceinture. "Plus les gens se taisent, plus la dictature s'installe !" Dit-il !
C'est avec ce genre d'informations et de vidéos que l'on peut prendre conscience que la spécialité des hommes politiques est la maitrise du langage, de la propagande, et de la désinformation. Ils ont l'art, la manière, et le savoir faire, pour toujours se faire passer pour des vertueux, des serviteurs, alors qu'ils sont très souvent incompétents, qu'ils sont essentiellement intéressés, qu'ils se servent, usent et abusent, quelles que soient les conditions de votre argent, de vos impôts.
Ils nieront, emploieront même une dialectique telle que "dire que les politiciens sont tous pourris, ce n'est pas vrai", alors qu'objectivement, les faits parlent contre eux, et que plus l'on monte dans la pyramide des élus, plus la probabilité qu'ils abusent du système et se servent à la place de nous servir, est avéré.
En dehors d'une ultra-minorité, nous ne pouvons plus du tout faire confiance à la majorité de nos élus. Le fossé entre les élus et les citoyens se creuse de jour en jour. Les mensonges récurrents, les tromperies, les propagandes, les promesses jamais tenues, ont lassé avec raison nombre de nos concitoyens.
(agoravox)
Les révélations sur le train de vie des élus sont choquantes ! Et tout cela, sans compter leurs avantages : Chauffeur et voiture de fonction, restaurant, voyages, internet et téléphone, vêtements, primes, versements faits par les lobbies et les multinationales, pas de peine judiciaire ou peu pour les élus politiques délinquants, même récidivistes...
Citoyen(nes), continuez à vous priver pour eux si vous appréciez leur système, sinon, réagissez si cela ne vous plait pas. Levez-vous, sans attendre l'autre... !
"Un peuple qui élit des corrompus, des renégats, des imposteurs, des voleurs et des traîtres n’est pas victime ! Il est complice !" George Orwell

lundi 17 avril 2017

La bible n'est pas un livre sacré!

Passez les cinq premières minutes...

Universitaire, historien, traducteur et auteur, spécialisé dans la traduction des premiers codex bibliques en hébreu ancien.

Ayant travaillé pour le Vatican à traduire quelque 23 livres de la bible, il s'est aperçu que les traductions et interprétations existantes de nombreux récits du meilleur best-seller de tous les temps avaient été déformées, souvent délibérément, afin d'y inclure le concept d'une divinité spirituelle infaillible et toute puissante.

Le Vatican a dans le passé approuvé et publié au moins dix-sept des traductions de Mauro Biglino aux très officielles Edizioni San Paolo. Il a suspendu toutes les éditons
 ultérieures concernant cet auteur à partir du moment où ce dernier a lui-même publié...


mercredi 12 avril 2017

vendredi 7 avril 2017

En avoir ou pas

Je n'ai pas pour habitude de commenter les actualités, mais ce matin une en particulier suscite en moi quelques réflexions.
Il y a trois jours une ville au nord ouest de la Syrie a subi une attaque chimique attribuée à l'armée de Bachar al-Assad, faisant 86 morts parmi les civils, dont 27 enfants, l'hôpital ayant aussi été touché. Indignation générale dans le monde, la France en premier. Que faire?
Cette nuit, riposte américaine qui envoie 59 missiles Tomahawk, tirés depuis un bateau en méditerranée, visant du matériel sur une base aérienne syrienne. On apprend par ailleurs que les Américains avaient pris des précautions en prévenant les Russes, munis des renseignements qu'ils avaient déjà à propos de leur cible.
Et le journaliste de comparer l'attitude d'Obama qui s'était fâché, puis s'était retiré de son engagement en Syrie, et celle de Trump qui ne veut pas s'engager, puis se fâche vraiment suite à cette attaque syrienne et réagit sans attendre par la force.

C'est très difficile de s'opposer à un dictateur, surtout s'il est soutenu par la Russie de Poutine, qui lui même est assez "spécial". Comme de défendre le Tibet du Dalaï Lama quand on est l'obligé économique de la Chine incontournable. Réalisme économique ou droits de l'homme, quand par ailleurs on fabrique et vend des armes!


Je ne suis pas pour la violence ou la vengeance, mais quand quelqu'un dépasse les limites, il faut se fâcher. Jeune j'ai découvert la non-violence de Gandhi, ce qui m'a amené à prendre des positions extrêmes en quelques semaines, comme devenir végétarien, objecteur de conscience puis insoumis, rouler en vélo, etc... Mon cheminement m'a fait découvrir les fonctionnements psychologiques, les peurs, les réactions et différentes attitudes prises pour se protéger. Avoir peur du conflit, peur de la colère, étouffer sa propre violence, et jouer au gentil de service tout en dénonçant l'extérieur, j'ai connu çà.
J'ai appris à découvrir des colères justes, comme un coup d'épée dans l'eau, de la part de guides spirituels, ou d'adultes véritables, ce qui m'a fait reconsidérer mes à prioris.
On peut avoir de grandes idées mais être timide, mou, avoir peur du qu'en dira t'on, bref manquer de courage dans les actes. On peut aussi fonctionner de façon assez égoïste, s'imposer avec une certaine violence, au risque de dégâts parfois, mais être capable de se fâcher vraiment pour des raisons valables. L'important étant de voir la situation avec le plus de discernement possible.

Humainement parlant tout le monde aimerait que la guerre en Syrie s'arrête, que le terrorisme cesse, que la paix revienne... Qu'est-il possible de faire quand on est au pouvoir d'un pays? C'est très délicat, très compliqué, et je ne me risquerais pas à donner un avis.
Par contre, face à un dictateur qui joue sur différents fronts, est responsable de milliers de morts, d'emprisonnements, de tortures, de frappes de civils, etc... qu'un gouvernant se fâche suivi d'un acte conséquent me semble être un possible coup d'arrêt à l'abus de pouvoir, en tout cas devrait amener à réfléchir. C'est comme un gosse mal élevé qui a fait la bêtise de trop, il faut faire montre d'autorité.

mercredi 5 avril 2017

La souffrance de l'âme

Cest de la souffrance de l'âme 
que germe toute création spirituelle, 
et c'est en elle que prend naissance 
tout progrès de l'homme en tant qu'esprit. 
Or le motif de cette souffrance 
est la stagnation spirituelle, 
la stérilité de l'âme.

Karl J. Jung

lundi 3 avril 2017

Une grossesse parmi les dauphins

Qui n'a pas rêvé de nager avec les dauphins et les baleines?

samedi 1 avril 2017

Vous allez rire

Lettre au Père Spicace


Au Père Spicace,

Un grand malheur est arrivé à l'abbaye
 
et j'ai la pénible mission de vous en faire part.

Mardi soir, pendant que l'abbé Nédictine donnait les dernières grâces,
 
l'abbé Quille perdit l'équilibre dans l'escalier et tomba inanimé dans les bras du Père Iscope.

Les révérends pères, en perdant l'abbé Quille, perdaient leur seul soutien.
Un seul restait joyeux : le père Fide.
 
Quant à l'abbé Tise, il n'y comprenait rien.
 
Il aurait bien voulu que le saint Plet l'aide à comprendre ce qui s'était passé mais rien n'y fit.

Après l'accident de l'abbé Quille,
 
on alla chercher le Père Manganate et le Père Itoine,
 
les deux médecins de l'abbaye.
 
Ils pensaient ranimer le malheureux mais leurs efforts furent vains et celui-ci décéda peu après. 

Le lendemain fut donc célébré son enterrement.
 
Chacun fut appelé à l'abbaye par les célèbres cloches du Père Sonnage.
 
La messe fut dite sur une musique de l'abbé Thoven.
 
Le père Ocquet fut chargé du sermon et comme il n'y avait pas de chaire,
 
il monta sur les épaules du Père Choir.
 
A la fin de l'homélie, le Père Cepteur fit la quête
 
et remit les dons ainsi recueillis à notre frère africain, l'abbé N'Pé.   
 

Après la messe, une grande discussion s'engagea pour le transport de la bière:
 
l'abbé Canne et l'abbé Trave voulaient passer par les champs.
Le Père Clus s'y opposa.
 
L'abbé Casse en fut enchanté.
 
Le Père San avec sa tête de turc ne voulait rien entendre.
 
Le Père Vers et le Père Nicieux semaient le doute dans les esprits.

Finalement on décida que, comme à l'accoutumée,
 
l'abbé Taillière serait chargé du transport du corps du défunt.

Devant la tombe creusée par le Père Forateur 
et en l'absence du Père Missionnaire, l'abbé Nédiction donna l'absolution.
 
Le Père Venche et l'abbé Gonia avaient joliment fleuri la tombe.
 

Celle-ci fut recouverte d'une belle pierre tombale préparée par l'abbé Tonneuse.
 
Sur le chemin du retour, le spectacle fut déchirant.
Le Père Pendiculaire était plié en deux de douleur et de chagrin.
 
L'abbé Vitré était lui aussi plein de larmes.
 
La Mère Cédès , invitée pour l'occasion,
 
fermait la marche en compagnie du frère du Père Igord. 
 

A l'arrivée, le Père Sil et l'abbé Chamelle préparèrent le repas
 
tout en consultant les livres culinaires du saint Doux.
 
Le Père Nod et le Père Collateur servirent à boire
 

et chacun put se remettre de ses émotions.

Signé : L'abbé BICI 

Source: Anonyme...www.lespasseurs.c



samedi 25 mars 2017

Pas de soucis


N’ayant pas de soucis je suis allé dans un grand magasin pour en trouver. Me renseignant pour savoir où ils étaient, j’ai bientôt compris que la plupart des gens en avaient déjà.
- Pourvu qu’il en reste encore, me suis-je dit, le stock est peut-être déjà épuisé !
Je m’approchai du stand intitulé : « Aux cent soucis ». Il y avait du monde. Certains parlaient entre eux, et je saisissais quelques phrases.
- Moi j’en achète pour mon frère, c’est le cadet de mes soucis.
- Je n’ai que des gros soucis, je préférerais en avoir des petits.
A vrai dire je ne savais pas quoi choisir, valait-il mieux commencer par des petits ou des gros? Quelqu’un m’a dit que les petits ne duraient pas longtemps, décidément on vend de la camelote partout, mais que les gros étaient beaucoup plus lourds à porter… Bon je prendrais un sac s’il le faut,  je n’ai pas envie d’investir dans quelque chose qui ne tient pas la distance !
Certains qui avaient déjà beaucoup de soucis, à ce que je comprenais, en voulaient toujours plus, une vraie addiction. Il y a vraiment des égoïstes, me disais-je.
- Pas de soucis, dit la vendeuse, il y en aura pour tout le monde.
Je voyais bien que certains se prenaient la tête, d’autres se faisaient des cheveux blancs, ou du mouron, des habitués certainement… Il n’y a quand même pas de quoi se ronger les sangs !
Il y avait aussi une association : les SSF, ou Sans Soucis Fixes, les pauvres pensais-je, sans doute des gens déracinés.
Tout le monde parlait de ses propres soucis en tout cas, cela semblait un sujet inépuisable. J’avais vraiment l’air d’un idiot, n’ayant rien d’intéressant à dire.
C’est alors que quelqu’un m’a dit qu’on pouvait se faire du souci tout seul.
- Ah bon, ce n’est pas la peine d’en acheter ? dis-je incrédule.
- Non, non, là c’est pour les habitués, on les appelle les soucieux, ils ont tous déjà leurs propres soucis, mais ils veulent avoir les mêmes soucis que les autres, alors ils viennent en acheter ici. On y trouve un bon renouvellement de soucis.

Je remerciai cet homme, et quittai la queue sans souci. Je m’aperçus en sortant que je ne lui avais même pas demandé comment se faire du souci, je ne suis vraiment pas malin…