Membres

mercredi 22 février 2012

Oser

Elle se nomme Sarah Hébert. Elle a passé les douze premières années de sa vie sur un bateau. Ca laisse des traces. Elle s'est mise à la planche à voile, est devenue championne de France, puis d'Europe, vice championne du monde...
Et puis lors d'un contrôle médical de routine, en 2006, on découvre qu'elle souffre d'un trouble du rythme cardiaque nécessitant la pose d'un défibrillateur. On lui pose un appareil dans le pectoral.
Résultat, les médecins lui demandent d'arrêter la compétition et de fréquenter l'élément liquide (trop dangereux). Après un doute, on en aurait pour moins que ça, elle reprend la planche et gagne les championnats d'Europe 3 mois plus tard.
Mais la Fédération de Voile lui retire sa licence, par mesure de précaution. Elle ne peut plus faire de compétition. O solitude!
La vie ne veut pas qu'elle s'arrête, elle va courir sous les couleurs du drapeau arménien, et devenir vice championne du monde...
Elle décide de traverser l'Atlantique en planche à voile pour faire reconnaître le défibrillateur, et montrer que l'on peut continuer à vivre normalement avec cet appareil!

Elle part aujourd'hui de Dakar direction la Guadeloupe. C'est une planche normale, pas trafiquée ou modifiée. Il y a bien sur un bateau suiveur. Elle fera entre 6 et 8 heures de planche par jour (ce qui est énorme), puis montera à bord pour se reposer, se restaurer et se faire masser. Chaque jour, elle reprendra son périple à l'endroit de la veille. Temps estimé : 25 jours.
Elle se lance ce défi aussi, dit-elle, car elle a besoin d'horizon plutôt que de tourner sans cesse autour de 3 bouées.
On voit ARM sur la voile (pour Arménie), 
tout un symbole car cela va tirer sur les bras.
Voilà bien l'exemple d'une personne qui ne va pas rester une victime de la situation. Non seulement elle va aller contre les avis médicaux, ce qui est en soi un défi, dépasser le rejet de la Fédé, puis oser se servir de son "handicap" pour en faire quelque chose de plus grand.
C'est une histoire d'énergie à mon avis. Chacun fait avec ce qu'il est. Il "faut" croire en soi, en sa bonne étoile, pour vivre sa légende personnelle comme dirait Paulo Coehlo.
Tout est possible, pour chacun à sa mesure, et même un peu plus.
Bravo Sarah, quel exemple!
http://windsurf-transatlantic.com/

4 commentaires:

Marie Surya a dit…

Bonjour Yannick ,
On dirait qu'il y a eu
une synchronicité entre ton post et le mien !
C'est un clin d'oeil !
"Voilà bien l'exemple d'une personne qui ne va pas rester une victime de la situation"
et
"est-ce un bien , est-ce un mal?"
belle journée à toi.

yannick a dit…

Oui, tu as raison Marie, c'est un clin d'oeil.

Acouphene a dit…

Une planche de salut...

Patrick Lucas a dit…

c'est génial ! bravo / quelle énergie et quelle vitalité