Membres

mercredi 9 mai 2012

Exploit

Regardant l'étymologie du mot exploit, j'en arrive au mot accompli, dont les sens se rejoignent.

Exploit vient du latin expletus qui signifie accompli, parfait, comblé, qui sont des termes très forts. On retrouve plusieurs mots en latin comme expleo, impleo, repleo, supleo, dont le sens est lié. Ils viennent du verbe pleo, dont la racine indo-européenne est pel qui signifie : verser, emplir, plein, donnant en latin plenus (plein), plebs (foule, plèbe), plerus (beaucoup), plus... et en grec poly (beaucoup, plusieurs), polis (la cité, la ville, car il y a beaucoup de gens), et aussi politique...

L'idée est donc d'être plein, rempli, comblé, satisfait, complet.
Cela sous entend bien le fait que l'on peut ne pas l'être. Tout dépend bien sur de quel niveau on parle. L'idée de remplir quelque chose était sans doute liée initialement à un contenant qui servait à conserver un aliment. On remplit un sac, et on se remplit la panse. Mais le sens dépasse le seul fait d'être plein. Surtout que associé à la faim, c'est quand même quelque chose qui revient vite.
Combler nous renvoie à l'idée du manque, satisfait à insatisfait, et complet, complétude à incomplet.

Si l'on revient au mot exploit, nous ne sommes plus du tout dans quelque chose d'ordinaire, car l'acte lui même demande vaillance, courage, effort, audace, dépassement de soi, pour arriver à un résultat souvent hors du commun, et qui amène une reconnaissance extérieure. Cela renvoie à l'idée du héros.
On peut imaginer que celui qui réalise un exploit, quel qu'il soit, connait un état de satisfaction, de complétude, qui est d'un autre ordre, que le simple fait d'être rassasié.

A chacun ses exploits, puisqu'il est inutile de comparer.
Il semble que la notion de manque soit inhérente à la condition humaine, ce qui appelle bien la notion de complétude. Et nous savons qu'ultimement le besoin d'être comblé, à quelques niveaux que ce soit, est bien une recherche d'être dans le non manque absolu.

Quand au mot accomplir, il faut en reparler...

1 commentaire:

Marie Surya a dit…

Bonjour Yannick ,
Du relatif à l'Absolu ... un grand thème ! encore un !...
Car , quand tu dis :"On peut imaginer que celui qui réalise un exploit, quel qu'il soit, connait un état de satisfaction, de complétude, qui est d'un autre ordre, que le simple fait d'être rassasié."...
On peut se demander :
"Pour combien de temps ?" héhé ...
Plus loin , tu parles bien du "no-manque absolu" ...
c'est de çà dont il s'agit ...
reconnaître que notre nature humaine est liée à une Loi ( entre autres ) :
la notion de manque ...qui nous pousse à agir ...
Car si nous n'étions pas en manque ...
que ferions nous de notre existence ?
(*_*)