Membres

vendredi 11 juillet 2014

Arrivée à Monte Sahaja

Le satsang du dimanche commence à 15 H. On arrive à 14 H pour prendre connaissance des lieux, de l'ambiance. Au début de la propriété, il y a un panneau "Monte Sahaja", tellement joli que je le prend en photo. En dessous est écrit Welcome.
 
Sahaja signifie inné, spontané, naturel, simple. Saha en sanskrit signifie ensemble, simultanément. On peut comprendre que le sens est lié à l'innocence de la vie dans sa spontanéité toute naturelle, ce qui correspond à cet état d'éveil. Je trouve ce mot magnifique.
 
Un peu plus loin est le parking visiteurs. On s'y engage. Il n'y a personne, nous sommes les premiers. Alors que je gare la voiture vers le milieu, une voiture arrive et va se garer tout près de la sortie. Une fois descendue, la conductrice nous fait signe, ainsi qu'un homme qui arrive et qui doit gérer les places je suppose. On comprend qu'il faut aller se garer à côté de la voiture près de la sortie pour ne pas gaspiller d'espace. Je m'éxécute.
Puis on se présente à cette femme qui est allemande mais parle français. Elle fait partie de l'équipe ici, même si elle n'habite pas sur place, et nous accueille chaleureusement. Elle nous présente aux personnes que l'on croise au fur et à mesure que l'on s'avance vers les bâtiments. Tout de suite on sent une disponibilité naturelle de la part de ceux qui nous saluent, ainsi qu'un grand sourire. Un français qui travaille ici nous parle un peu. Amiya, c'est son nom, nous demande si on reste après le satsang. On n'a rien prévu car n'ayant pas eu de précisions par mail, on ne savait même pas si on pouvait rester un peu ou pas. A priori on faisait le déplacement pour la rencontre seule, dont on imaginait qu'elle durait environ deux heures. Ce qui peut paraître complètement fou, assurément. On s'était dit qu'une fois là bas, on sentirait et on se laisserait guider par les évènements. Amiya commence à se renseigner pour savoir où on peut loger. On pourrait rester deux jours de plus si on veut. Elle trouve une chambre à l'extérieur. Finalement nous choisirons un camping dans un lieu proche qui fait gite. On se regarde et on se dit qu'un miracle est en train de s'opérer. Nous aurons une explication un peu plus tard en découvrant que nous sommes arrivés non pas avec une heure d'avance, mais deux heures, du fait du décalage horaire que je n'avais pas intégré. D'où cette rencontre fortuite, et tout ce qui en a découlé ensuite. On s'est vraiment senti béni des Dieux.
 
Une fois cette histoire réglée, puis après avoir téléphoné au gite-camping, on nous a conduit vers un hall complètement ouvert sur le paysage de collines en face. La toiture est en cône assez aplatie, avec des planches en plafond laissant apparaître le chevronnage en étoile. Au sommet un arrondi en verre permet d'ajouter de l'éclairage. La toiture est faite de plusieurs épaisseurs de bardeaux en bois. Les poteaux de soutien sont ronds et viennent s'appuyer sur un muret en pierres. C'est simple, c'est rond, les chemins sont courbes, avec des petits murets très bas couleur terre foncée. Les marches sont toutes en pierres. 
On laisse ses chaussures et on contemple en silence. Ente l'accueil et ce lieu dont on commence à sentir l'intelligence créatrice, on se sent sur un nuage.
Petit à petit les gens arrivent. Bientôt on nous fait signe de nous avancer vers le Mooji mandir où ont lieu les rencontres. Là aussi c'est une structure avec une toiture conique à plusieurs pans, reposant sur des poteaux, et entouré de murets. Ce n'est pas vraiment un rond, mais c'est beau, car c'est simple. La couverture en tissu plastique tressé semble provisoire. Il se met à pleuvoir, des gouttières se forment. Quelqu'un arrive et met des cuvettes en plastique, ce qui ajoute un rythme particulier à la pluie lorsque les gouttes frappent le plastique. Suivant mon amie, à qui j'avais conseillé une chaise à cause de son genou, on se retrouve finalement assis par terre assez près du siège de Mooji. Elle m'expliquera ensuite qu'elle a senti qu'elle devait être devant. L'attirance, c'est quelque chose! La salle se remplit progressivement. Quelques annonces puis Mooji apparait par une porte sur le côté. Ca y est, il est là, devant nous. On se regarde, les yeux brillent...

Aucun commentaire: