Membres

lundi 21 janvier 2008

INTO THE WILD

Ce film est tiré d'une histoire vraie. Cela ajoute certainement une cohérence et une force.
Il y a plein d'histoires qui se suivent car à chaque rencontre, on rentre vraiment dans la vie des personnages.
Et c'est très bien filmé, de manière moderne mais vivante, où la caméra s'attarde suffisamment pour goûter la scène.
Ce n'est pas tant qu'il va vivre au contact de la nature, car étant étudiant il n'y connait rien, d'où la fin probable, mais il fuit l'exemple du mode de vie de ses parents. Il n'a rien en commun avec eux. Il sait des choses que ses parents lui ont caché, et donc le lien est rompu.
Et ce qui est intéressant, surtout parce que c'est vrai, c'est qu'il va rencontrer des gens qui ont perdu leur enfant. Il y a un jeu de projection entre ces gens et lui, qui l'adoptent d'une certaine manière. En parallèle on voit ses parents qui s'inquiètent, puis qui souffrent, et donc deviennent plus humains et se rapprochent, comme si leur vie dépendait de ce fils qu'ils n'ont pas su aimer et qu'ils aiment trop tard, devenu absent.
Ces gens qu'il va rencontrer lui disent la douleur d'un enfant qui s'en va ou que la vie emporte. Mais il ne peut pas entendre, car il est trop blessé. Il va aussi fuir la tendresse de ces gens, ce qui est normal car c'est le passage nécessaire à l'état adulte.
Il veut être accueilli par la nature mère, mais que ce soit l'Alaska ou l'Amazonie, faut-il encore en connaître le langage! Il a à la fois la bravoure et l'inconscience de la jeunesse.
Et c'est ça qui est beau et déroutant.
Cela rejoint aussi le mythe américain de la liberté des grands espaces.
Ayant été au bout de son rêve et au bout de lui même, il dit : "Le bonheur n'est réel que partagé!"
Ben oui!
Ce qui m'a touché dans ce film, en dehors de tout ce qui est réussi, c'est que ça me renvoyait à la relation parent - enfant. Je pensais à mon fils et je voyais tout ce que je n'avais pas su faire et tout ce que je peux faire. Je n'aurais jamais imaginé trouver ça dans cette histoire.
Pour moi ce n'est pas du tout un film sur la nature, mais un film qui parle de la souffrance humaine et du besoin fondamental d'être dans une relation vraie.

2 commentaires:

Stéphane a dit…

oui, je trouve aussi.

martine a dit…

J'ai vu ce film hier soir.
Tu as parfaitement résumé.
Que dire de plus ! Toute bouleversée encore je suis...
Quelle inconscience ! Aller au bout de ses rêves, est ce de l'inconscience ? Vaste sujet...
La souffrance d'avoir été trahi, le besoin fondamental d'une relation vraie. Oui voilà, c'est absolument ça !
Le bonheur est réel que lorsqu'il est partagé. Dans la sincérité...
Retenons ça !