Membres

jeudi 21 février 2008

Coincidences

Il nous arrive à tous des choses plus ou moins graves, plus ou moins difficiles...

Il y a 5 ans, de retour d'une AG à Hauteville, mon moteur s'est arrêté sur l'autoroute. Plus rien. J'attends un peu, espèrant un miracle, mais sentant que c'est grave. Mais la voiture ne veut plus démarrer. Téléphone, attente, dépanneuse, convoyage vers un garage. Le moteur est fichu, sans qu'un voyant se soit allumé. L'assurance prend en charge un rapatriement par taxi. Et je finis la route de nuit avec une jeune femme qui découvre la connaissance de soi...
Le cout sera rude : plus de 2 000 euros que je dois emprunter à la banque!

Un an et demi plus tard, alors que je me rends à Hauteville pour une semaine, je sens que quelque chose lâche dans la direction. Je m'arrête sur le bord de l'autoroute et regarde quelle est la ville la plus proche sur la carte. Par chance il y a une sortie à 2 km et un village pas loin. La voiture redémarre et j'y vais au ralenti. Je me gare près d'un garage, dors dans la voiture pour être le premier à l'ouverture le lundi matin. Il faut commander une pièce, la voiture sera réparée le mardi matin. Je préviens Hauteville que j'arriverais le mardi en début d'après midi.
Cout : dans les 400 euros.

En juin dernier, j'ai passé une semaine à Hauteville avant l'AG. Sur la route du retour, je reçois un appel de la mère de notre fils qui m'apprend que la maison dans laquelle je vis avec lui a été visitée pendant mon absence (il est resté chez elle pendant cette période). Bon, d'accord, rien de très grave en fait, comme je le découvrirais en rentrant.
Montant des choses volées : 2 200 euros.

Ce qui est étonnant, c'est que c'est relié à un déplacement à Hauteville. Si on relie tout ça, on peut dire que ça fait cher du séjour! Mais j'ai jamais lu que le chemin était gratuit et aisé, plutôt qu'il faut tout lâcher...Et il ya bien pire!

3 commentaires:

Acouphene a dit…

N'y a-t-il pas quelquechose de derrière les fagots comme une demande d'arrêt net dans la propension à bouger ou un appel à s'immobiliser. En tout cas, il y a deux flux : un flux financier et un flux d'espace... l'un s'arrête pendant que l'autre est dépensé.

julie a dit…

Merci du partage... la conscience sur les évenements trés "parlant" qui t'ont été proposé est une clé je pense... impressionnant en tout cas !

Anonyme a dit…

Anticipons,
lachons.