Membres

vendredi 29 février 2008

SANS PLUS ATTENDRE


En allant voir "Les cerfs volants de Kaboul", que j'ai vraiment apprécié, il y avait la présentation de ce film : Sans plus attendre. Le thème me parlait, j'y suis allé.
Deux septuagénaires atteints d'un cancer se retrouvent à l'hôpital. L'un a travaillé toute sa vie pour nourrir sa famille, l'autre a passé sa vie à gagner une fortune sans jamais vraiment en profiter.
Le premier, ayant commencé comme professeur de philosophie, proposait à ses élèves de faire la liste de tout ce qu'ils rêvaient de faire, voir ou tenter avant de mourir. Là dans sa chambre d'hôpital il réalise qu'il a raté ses objectifs. L'autre plus pragmatique le convainc qu'il n'est pas trop tard.
On va voir deux hommes très différents nouer une amitié pour une chose essentielle : VIVRE.
En fait leur liste ressemble à un voyage : sauter en parachute, course de bagnoles, safari en Afrique, etc... jusqu'à ce que des choses plus profondes réémergent : la famille et l'amour.
Qu'est-ce que le bonheur, qu'est-ce qui le nourrit vraiment?
C'est la fin du film qui est la plus intéressante, parce que ça renvoit à l'essentiel.
Je ne vais pas jouer au critique. Ce n'est pas un grand film certes. Mais il ose parler de la mort, des rêves inaccomplis, et du fait d'oser avant qu'il ne soit trop tard, SANS PLUS ATTENDRE!
En cela il est intéressant, car il nous renvoit à cette question : Qu'as-tu fait de ta vie? De tes rêves de jeunesse? Pour moi c'est un coup de botte au cul (un de plus)!
Cela renvoit à cette question du chemin : Qu'est-ce que tu veux? Et la réponse ultime passe par des réponses relatives. Que ce soit : voir des baleines, une aurore boréale, marcher dans le désert, faire le Mont Blanc, passer une nuit dans un palace, faire un tour en mongolfière, travailler dans l'humanitaire... A chacun ses réponses!
A 20 ans on fait la liste, à 30 ans on l'oublie, à 40 on y songe, à 50 ça devient lancinant...
"Vis ce jour comme si c'était le dernier" disent les Bouddhistes, car nous ne savons pas l'heure de notre mort!

3 commentaires:

martine a dit…

L'histoire de ce film donne vraiment envie d'aller le voir. Je pense que j'irai d'ailleurs.
Ce que tu développes ensuite Yannick, percute et nous fait poser les questions auxquelles il est grand temps de répondre, sans se voiler la face et sans essayer de se "perdre" encore dans tout un tas de projets...
Mais si c'était si facile, ça se saurait, car les réponses, au fond de notre coeur, nous les avons, mais la vie se charge de nous ramener à la réalité que ce n'est pas si facile que ça....

Très bonne journée.

Anonyme a dit…

mais puisque méditer est plus important que vivre, pourquoi se soucier de comment passer sa vie? ... restons chacun sur notre coussin de médit et ce qui doit venir viendra ... au moins comme ça pas de conflit, pas de guerre, pas de haine ... mais pas d'amour non plus

martine a dit…

Je sens l'anonyme un tantinet agacé... rhoooooooo ! Serait ce toujours le même ? sourires !
Ce post n'a nullement parlé de méditation, encore moins de coussin ; il a simplement parlé d'essentiel : la famille et l'amour et ce qui nourrit tout ça pour le bonheur, simplement !
A moins que je n'ai pas compris.
Seul Yannick pourra nous dire.
Yannick, à toi alors.....